17 janvier. Sous le soleil.

Cela fait tout pile une semaine que je suis au Pérou . Cela me fait tout drôle de voir à quel point ma vie a changé en une semaine.

Le plus gros changement doit être la météo, sans aucun doute. Il fait grand soleil depuis sept jours, au moins vingt degrés, bref même en été en Lorraine nous n’avons pas cela. Bien sûr cela rend tout effort physique plus difficile – mes footings à côté de la plage se finissent ruisselant – surtout pour nous Européens, les «Gringa» comme ils nous appellent. Mais cela fait du bien de retrouver l’été, surtout à côté de la plage … même si je n’ai pas passé beaucoup de temps sur le sable.

Autre changement. L’atmosphère. Les Péruviens sont encore plus tranquilles que les Swazis. Je retrouve ici le style de vie duquel j’étais tombée amoureuse en Espagne; peut-être cela découle du langage. Ici, personne n’est pressé, on n’a pas le droit de stresser, tout le monde a le temps de discuter deux minutes. Et même si je ne fais pas grand chose ici à Huanchaco, c’est vrai, on se la coule douce dans la réserve de surf, cela me fait vraiment du bien de prendre le temps. De pouvoir courir, lire et faire mon travail sans être épuisée. Parfois j’ai l’impression de me forcer à déstresser, mais j’ai besoin d’apprendre à vivre sans être au bord du burn out.

Le Pérou c’est aussi des rencontres. Tout d’abord les filles avec qui je travaille, très sympathiques. Je me rends compte qu’en fait je suis super heureuse de ne pas être seule pendant mon premier mois en Amérique du Sud. Et puis dans la rue, c’est très facile de commencer une petite conversation avec les Péruviens. Comme ca se voit tout de suite que je ne suis pas d’ici (environ 40 cm de trop!) ils aiment savoir d’où je viens, ce que je fais ici … avant de me demander si j’ai un copain ? Ici ? Le plus grand défaut des Péruviens, pour l’instant c’est bien leur machisme, qui est simplement vulgaire et très rarement impressionnant. Pour l’instant, je ne me suis pas sentie en danger ici. Espérons que le voyage continue sur ces bonnes ondes.

12. Winter wondland landscapes

IMG_3717 IMG_3840 IMG_3931 IMG_3955

Landscape in the broadest sense of the word; ie including cobblestones. Which believe me there are lot’s of in Prague. And it’s pretty amazing to walk up Wenseclas square (or jog, as we did on Christmas morning when it was EMPTY) reminding yourself that just twenty years ago history was happening on these very cobblestones that were making you trip and drop your Christmas market goods.

All taken with my camera, various lenses at various times of the day. Question though : I thought about putting several of these pictures in black and white (because that’s an easy way to make pictures look “arty”) but I just couldn’t do it. Partly because one of the reasons I like these photos is their cold colours, almost monochrome that just scream WinterInTheEast at you. And partly because (expecially for that close close up on the cobblestones) the light is very special, almost orangy and quite warm and saturated (yeah I only realised this after switching back from black and white) expecially for a winter shot. But what’s your advice ? Do photos gain something from being in Black & White ?